Thèmes

JOUR 1 – Confronter les hégémonies

Les féministes noires, du tiers monde, autochtones et queer ont diagnostiqué et critiqué le pouvoir hégémonique,  mettant en lumière les moyens invisibles et imbriqués par lesquelles les puissants maintiennent le contrôle, en particulier le contrôle sur le genre, la reproduction, la sexualité comme élément fondamental des systèmes dominants de pouvoir. Pour que le système change, les forces progressistes qui défendent la justice sociale, le genre et l’environnement, les droits de l’homme, la démocratie, l’égalité et la solidarité doivent affronter et renverser directement les hégémonies existantes qui poussent le monde vers d’autres crises et catastrophes.  D’un point de vue féministe du Sud, la « matrice du pouvoir » actuelle est une collusion de forces — cishétéropatriarcat, néo-impérialisme, suprématie blanche et capitalisme transnational — qui a créé des hiérarchies mondiales de privilèges, d’accès, de possibilités et d’accumulation selon le sexe. les lignées raciales, géographiques, ethniques et de caste. Des systèmes qui pouvaient auparavant servir de contre-pouvoirs : l’État, le droit international des droits de la personne, les blocs régionaux et sud-sud ont été massivement affaiblis et cooptés 

JOUR 2 – Construire une nouvelle base de connaissances pour le militantisme féministe du Sud 

Les théoriciens décoloniaux et post coloniaux affirment que les hiérarchies actuelles du pouvoir (matrice coloniale du pouvoir ou colonialité globale) se composent de quatre domaines interdépendants : le contrôle de l’économie, le contrôle de l’autorité, le contrôle du genre et de la sexualité et le contrôle de la subjectivité et de la connaissance. Le néolibéralisme a neutralisé les efforts de production et d’intermédiation endogènes du savoir dans le Sud, les reléguant aux périphéries d’une économie politique coloniale du savoir. Les connaissances et la théorie féministes du Sud doivent être fondamentales pour nos théories du changement. Comme pour tous les mouvements politiques et sociaux, la théorie féministe du Sud, les histoires, la recherche, l’analyse, les « diagnostics », l’information et les données sont nécessaires pour nourrir notre action et la construction du mouvement.

Dans le secteur du développement, les préjugés géographiques (Nord/Sud), sexospécifiques et raciaux dans la production, la diffusion et l’adoption de connaissances persistent.  Les connaissances féministes, et les savoirs endogènes détenus par les femmes en particulier celles des pays du Sud, sont continuellement marginalisées ou niées dans le milieu universitaire, dans l’élaboration des politiques et même ironiquement dans le discours et les espaces sur le genre et le développement. De plus, la nature des droits des femmes dictée par les donateurs a trop souvent reflété les intérêts des féministes libérales occidentales, le complexe colonial de sauveurs blancs de l’industrie de l’aide et les divisions linguistiques impérialistes entre les régions du Sud.

JOUR 3 – Reconquérir l’internationalisme Sud-Sud

Le paysage du développement ou de la coopération internationale évolue lui-même rapidement, d’autant plus que les entreprises cherchent soit à reproduire ces espaces, mais sans les engagements contraignants nécessaires, ou se sont retranchés en tant que bailleurs de fonds et acteurs non élus dans diverses organisations des Nations Unies. Dans le cadre d’un débat qui se dessine rapidement sur la gouvernance internationale mondiale, il est très clair qu’il y a des tentatives résolues de démanteler, d’affaiblir et de discréditer la coopération internationale et existante en matière de droits de l’homme, en particulier celles qui relèvent de l’ONU. De nombreuses attaques contre les Nations Unies de la droite religieuse « anti-genre » visent spécifiquement les droits des femmes, les droits des LGBTQ+ et les systèmes de droits humains. Les mouvements féministes du Sud doivent mener des critiques, des analyses et des propositions pour préserver l’intégrité du multilatéralisme, de la coopération internationale, du droit international des droits de l’homme et de la gouvernance mondiale.

JOUR 4 – Réinventer le développement

Sans aucun doute, l’agenda de développement a été détourné, donnant lieu à un rejet du développement repris  en chœur – a juste titre semble –t-il par des militants et des mouvements appelant plutôt à la justice sociale et économique. Pour de nombreuses collectivités, le développement a fini par signifier la poursuite d’une croissance économique inébranlable au détriment de leurs moyens de subsistance et de leurs ressources. Aussi difficile que cela puisse être, le projet de reconquête du droit au développement qui inclut le droit à l’autodétermination doit être entrepris : le développement, l’approche fondée sur les droits et la justice sociale ne sont pas en opposition, ils sont en fait intimement liés mais ne sont pas la même chose 

Des visions et des modèles alternatifs de développement qui centrent ceux qui se trouvent à la périphérie du capitalisme – les femmes, les personnes trans et non binaires, les travailleurs, les peuples autochtones – ainsi que les alternatives au développement doivent être nourris. Lesalternatives des féministes du sud qui valorisent (sans nécessairement toujours monétiser) l’économie de reproduction – y compris les économies de soins et de l’environnement – vers une réorganisation fondamentale doivent être promus.

JOUR 5 – Stratégies de changement et de résistance 

Le principal défi pour South Feminist Futures, les militants et les mouvements est d’affronter les hégémonies alors qu’elles deviennent plus répressives et brutales. Le choix, cependant, est clair : les 5-10 prochaines années seront déterminantes dans la direction du monde, quels seront les vainqueurs et quelles seront les victimes. On ne peut pas continuer comme si de rien n’était. Les vagues de protestations dans le Sud et le Nord du monde contre les échecs du néolibéralisme avant la COVID19 se heurtaient déjà à une brutalité accrue aux mains des forces paramilitaires fascistes, des gouvernements autoritaires et supposément centristes. La pandémie de COVID-19 a encore délégitimé l’élite néolibérale et l’élite des entreprises, ce qui a provoqué une colère populaire croissante contre un système de pouvoir mondial qui a été soit inefficace pour gérer la pandémie, indifférent au sort des gens et d’une rapacité choquante dans la capture de ressources publiques dédiées. 

Malgré l’échec évident du modèle néolibéral et le chaos qu’il a engendré de manière prévisible, il serait naïf de croire que les institutions chargées de maintenir le système actuel admettront leurs échecs et accepteront les nombreuses alternatives qui leur ont été proposées depuis la crise financière de 2008 et même avant. Il ne s’agit plus simplement de développer des alternatives, la question générationnelle à laquelle nous sommes confrontés est de savoir comment les pousser à mener un nouveau programme mondial. Ceci est bien sûr rendu encore plus difficile par l’échec des politiques électorales à promouvoir des alternatives et par de nouveaux monopoles et des flux d’accumulation de richesse à travers les technologies numériques ainsi que l’effondrement de l’ordre occidental post-guerre froide. Dans le même temps, ceci constitue un espoir et une opportunité que les mouvements féministes du Sud devraient saisir pour prendre le leadership dans la formation d’un nouvel ordre mondial.